Critiques

Critique de The Warlock of Firetop Mountain

Ian Livingstone est reconnu pour être l’un des génies ayant apporté dans notre société des concepts de jeux autours d’univers fantastiques. Que ce soit avec des livres dont vous êtes le héros ou encore des jeux de société, son imaginaire a littéralement touché une génération et placé les bases d’une culture. Co-fondateur de Games Workshop, reconnue pour sa gamme de jeux Warhammer et Warhammer 40k, il a influencé avec ses collègues John Peake, Steve Jackson et Brian Blume, la création du très connu jeu Donjons et Dragons, imposant son imaginaire jusque dans la sphère des jeux vidéo et du cinéma.

Sa première œuvre du genre histoire-dont-vous-êtes-le-héros est publiée en 1982 par Puffin Books. The Warlock of Firetop Mountain a connu un si grand succès qu’il a passé parmi plusieurs rééditions, mais a obtenu son propre jeu de société et une adaptation en jeu de rôle au fil des années. En 2010, il est porté pour la première fois en jeu vidéo sur Nintendo DS mais est complètement démoli par la critique. Six ans plus tard, Tin Man Games lance un projet Kickstarter pour amorcer un nouveau concept de jeu vidéo basé sur l’aventure écrite qui a propulsé le genre fantastique au sommet de sa gloire dans les années 1980.

Paru le 30 août 2016, ce nouveau jeu réalise un compromis surprenant entre plusieurs éléments. On y retrouve un côté narratif près du texte d’origine dans un visuel très bien réalisé qui adopte le style de jeu de miniatures à la Donjons et Dragons classique. La partie s’ouvre sur une mise en situation qui installe les règles de base et les concepts généraux. On arrive très vite au choix du héros. Une sélection restreinte, qui pourra prendre de l’expansion au fil des réussites du joueur, permet de choisir entre divers types de personnages avec chacun leurs techniques de combat et leurs statistiques.

Ce qui surprend le plus au début c’est l’abondance des héros qui peuvent être choisis en sachant que l’histoire s’adaptera pour chacun d’eux. On comprend tout de suite que la rejouabilité sera vraiment un aspect important. On nous présente immédiatement des packs de personnages à venir qui pourront être réutilisés, si le futur le veut bien, dans d’autres aventures. Bref, dès qu’on se lance dans une partie, on comprend le potentiel immense d’un tel titre. On imagine bien un monde persistant dans lequel d’autres aventures sous forme d’expansions permettront de profiter au maximum de ce concept d’une simplicité désarmante mais combien rafraîchissante pour les amoureux des crawlers (jeux de donjons et d’exploration sur table).

L’aventure se vit principalement sous forme écrite. On lit un texte qui exprime une situation dans laquelle vous aurez toujours un choix à faire. Que ce soit de fouiller une pièce, prendre une direction précise, attaquer un ennemi, etc. Au fil de la lecture, on voit la progression de notre héros dans un univers en 3D qui rappelle beaucoup les jeux de plateau de miniatures. Le joueur a à sa disposition un inventaire avec des provisions, des armes, des objets et de l’argent qu’il accumule au fil de la partie.

Les combats vont au-delà des fameux jets de dés que nous retrouvions dans ces livres dont nous sommes le héros. Lorsqu’un ennemi doit être confronté, le jeu bascule dans une instance formée de cases pour, encore une fois, rappeler les jeux de Donjons et Dragons. Le duel se poursuit en tour par tour dans lequel il faudra apprendre à anticiper les mouvements des ennemis et aussi apprendre leurs réactions afin de les anéantir facilement. Les récompenses liées à l’annihilation des ennemis se font sous forme de points Souls qui pourront être échangés pour acheter de nouveaux héros.

warlock-3

Ainsi, même si on se trouve dans un jeu couvrant les aspects essentiels du jeu de rôle, le héros n’accumule pas d’expérience. Son maximum d’énergie, de force, de résistance et de chance sont atteints au début de la partie et il n’en tient qu’au joueur de faire les bons choix pour conserver ses statistiques le plus haut possible tout au long de l’aventure et d’en tirer le meilleur profit. Et ce défi est considérable étant donné que beaucoup de confrontations auront lieu dans l’avancement du héros sur son chemin, sans compter les nombreux mauvais choix que le joueur fera au fil de sa lecture.

Il m’est arrivé très souvent de mourir à la suite d’un combat ou d’un choix dans l’aventure que j’ai regretté, car on ne sait jamais vraiment à quoi s’attendre. Tout le parcours est une découverte et il n’y a rien dans cette histoire pour vous faciliter la vie. Qui dit mourir dit recommencer à la dernière sauvegarde. Le joueur se voit octroyer, au début de l’aventure, trois orbes de résurrection. En avançant dans le donjon, on aura la chance de sauvegarder la progression sur des stations en forme de tronc d’arbre dissimulées ici et là. Mais, plus on avance dans le jeu, plus ces stations de sauvegarde se font rares (très très rares) et plus les ennemis et les pièges se multiplient. Bref, l’usage des trois orbes de résurrection est incontournable. une mort certaine vous attend et un effet de essaie/erreur est indispensable pour passer à travers le scénario.

La résurrection est ainsi souvent fâcheuse car le personnage revient à la vie au dernier point de sauvegarde rencontré. Donc, comme ces stations sont rares, il arrive souvent que réanimer notre héros signifie perdre trente minutes de jeu qu’il faudra reprendre. C’est-à-dire, relire et relire des textes qu’on a déjà lus pour refaire des choix qu’on a déjà faits. Cet aspect est le plus frustrant de toute l’expérience et pourra décourager les joueurs qui n’aiment pas s’acharner et qui veulent principalement profiter de l’histoire, sachant que le succès de l’aventure repose sur les bonnes décision et non pas à la construction d’un personnage de plus en plus fort, puisqu’il n’y a pas de système d’expérience ou de niveaux.

warlock-2

Je me souviens, moi-même à l’époque alors que je jouais à la version papier, lorsque mon personnage mourrait durant ma lecture, je revenais quelques pages derrière et je faisais comme si cet événement lugubre ne s’était jamais produit, je m’efforçais de refaire quelques choix clés pour changer le destin. Malheureusement, dans ce jeu vidéo, revenir quelques pages en arrière c’est carrément du temps de jeu de perdu et à répéter en quantité effarante. On nous encourage fortement à prendre des notes pour anticiper les conséquences de nos choix si jamais on devait recommencer la partie, mais, entre vous et moi, un jeu vidéo ne devrait pas être secondé de papier et de crayon. Et qui a envie de relire à plusieurs reprises les mêmes passages? Au final, le joueur va se tourner vers les clics de souris rapides pour passer le texte et arriver au terme de ses choix pour revenir le plus rapidement possible là où son histoire s’est terminée la dernière fois.

Malgré cet ombrage sur la jouabilité, les défis sont au rendez-vous et l’esprit est si bien mené que ce jeu devient pour moi une référence dans sa catégorie. J’aimerais vraiment poursuivre de nouvelles aventures avec mon personnage sous forme d’expansions. La qualité graphique, l’ambiance en général et l’ingéniosité des combats et du clash entre l’écrit et le jeu vidéo sont impeccables. Sa difficulté n’a d’égal que son ingéniosité et je ne saurais tarir mes compliments vis-à-vis celui-ci. Les critiques s’entendent pour dire que ce jeu ramène d’une manière extrêmement bien faite un ancien art du jeu à la modernité, mais que son rapprochement trop présent avec les systèmes de combats de son époque ajoute à une difficulté qui sera qualifiée d’injuste. Je ne peux autrement le recommander qu’à de féroces joueurs qui sauront prendre le temps de s’investir dans un tel jeu et qui n’ont pas peur de recommencer encore et encore les mêmes défis.

Merci de votre intérêt,
Pierre-Luc Grenier.

Plutôt recommandé

Ce nouveau portage de The Warlock of Firetop Mountain est un jeu différent et rafraîchissant. Même s'il s'adresse à un public cible et que sa difficulté mérite d'être soulignée, beaucoup de plaisir et de satisfaction peuvent en être tirés.

7.4
Histoire:
8
Présentation:
7
Jouabilité:
6.5
Durée de vie:
8