Critiques

Grand Kingdom

Développé par Monochrome et publié par NIS America, Grand Kingdom est un jeu de rôle à la sauce tactique paru le 28 juin 2016 sur PlayStation 4 et PlayStation Vita. Avec une touche artistique manga, des dessins vibrants, une intrigue fantastique et un système de combat ingénieux, ce nouveau titre saura certainement se distinguer. J’ai personnellement eu beaucoup de plaisir à m’investir dans ce jeu qui sait habilement doser des composantes de gestions et des stratégies de combat capables de vous poser de sérieux défis.

Dans Grand Kingdom, vous êtes le dirigeant d’un groupe de mercenaires en quête de prestige. Vos prouesses sur un champ de bataille tombent dans l’œil d’un soldat qui vous invite à rejoindre un groupe nommé la Guilde. Cette fameuse Guilde est reconnue pour prendre avantage d’une guerre sans fin qui oppose quatre nations : Landerth, Valkyr, Fiel et Magion. Le succès de votre groupe sur le continent de Resonail dépend des avantages que vous tirerez des situations précaires dans lesquelles se placent ces gouvernements pendant cet interminable conflit.

Ainsi, former des alliances, gagner du prestige et faire des pactes deviendra une stratégie politique aussi puissante que celle pratiquée sur le champ de batailles à travers une intrigue plus grande et secrète encore concernant un ancien empire déchu. Avec des personnages aussi pétillant que Flint et Lillia, vos conseillers de guerre, vous devrez mener une campagne qui se jouera tant en diplomatie qu’en forces martiales avec des défis tactiques à vous creuser les méninges.

Une fois dans la Guilde, vous pouvez commencer à recruter des agents. Chacun des nouveaux membres de votre groupe peut être modelé sur mesure, ce qui ajoute une touche vraiment personnelle à votre équipe, dépendamment de votre vision et de vos objectifs. Vous choisissez le nom, l’apparence physique et les vêtements. Chaque personnage évolue dans une classe spécifique disponible parmi dix-sept choix. Vous leur attribuez des points à chaque niveau. Il est possible de vous créer six équipes comptant quatre membres, modelées selon vos stratégies et vos intentions sur le terrain.

Bien entendu, gérer cette petite armée vous demandera des ressources. Vous devrez leur fournir des armes, des armures et les entraîner pour qu’ils apprennent de nouvelles techniques. Tout ceci se fait à partir du centre de commandement de la guilde. L’argent nécessaire pour faire évoluer au mieux tous ces agents s’obtient en pratiquant des missions qui rapportent aussi des trésors et du prestige.

Grand Kingdom propose trois versions de quêtes. Il y a les campagnes: des missions qui font avancer l’histoire principale et qui demandent beaucoup de préparation. Il y a les quêtes secondaires: des missions avec des objectifs précis qui servent à explorer le monde tout en entraînant ses agents. Puis, il y a les guerres: des missions qui changent selon le visage politique sur le continent. Avec une connexion en ligne, vous pourrez signer des contrats avec les dirigeants des quatre nations. Le pays avec qui vous formez une alliance vous octroiera des missions qui seront plus ou moins difficiles selon son avantage dans cette guerre et sa position géographique.

gk3

Par exemple, pendant mes parties, c’était Landerth qui avait le plus grand avantage sur Resonail. La majorité des contrats accordés dans la communauté de joueurs avaient été faits avec Landerth. Magion était la nation la plus précaire. L’allégeance que le joueur prête à un gouvernement influence les territoires sur lesquels il fera ses batailles, les magasins qu’il aura à sa disposition, mais aussi sa participation au vote d’édits royaux et à la recherche militaire servant à perfectionner l’armement. Si jamais le joueur ne trouve plus d’avantages vis-à-vis son allégeance, il peut attendre la fin du contrat pour former une nouvelle allégeance avec un royaume plus attrayant pour lui.

Mais c’est une fois sur le champ de bataille que l’action commence réellement. L’interface se propose comme une carte avec des routes sur lesquelles on déplace un pion, à l’image d’une carte de stratégie militaire. On peut y rencontrer des ennemis de manière contrôlée ou aléatoire. La carte peut aussi comprendre son lot de trésors et de pièges, mais aussi de la météo et des situations inusitées où on vous proposera de faire des choix qui auront des conséquences positives ou négatives sur l’état de votre groupe.

Lorsque le joueur rencontre un ennemi, l’interface donne une vue panoramique de gauche à droite. Chaque membre du groupe a un certain nombre d’actions à dépenser pour se déplacer et attaquer. La position de chacun est importante, à la manière d’un jeu d’échec, pour adopter une stratégie défensive ou offensive, selon vos goûts. Les attaques au corps-à-corps et les attaques magiques sont toujours plaisantes à jouer, car elles proposent une interaction, contrairement aux RPGs classiques. Non seulement vous sélectionnez l’attaque, mais vous la jouer aussi. Par exemple, je sélectionne le sortilège « Feu ». Ensuite apparaît une zone d’impact dans laquelle je dois cibler des attaques de manière dynamique en ayant le bon rythme pour faire le plus de dégâts possibles.

gk2

Grand Kingdom a beaucoup de matière à maîtriser, dès les premières trente minutes du jeu, ce qui en fait probablement son défaut principal. La prise en main est l’obstacle le plus difficile à surmonter. J’ai fait le tutoriel quatre fois avant de me plonger dans l’histoire, pour affiner ma technique et mon utilisation du système de combat. Le rythme assez lent ainsi que la quantité de possibilités et de ressources est plutôt intimidante et laissera une catégorie de joueurs perplexes. Cependant, une fois que le concept général est digéré, ce titre devient un excellent jeu qui offrira des heures de plaisir garanti. Les initiés seront convaincus, tandis que les novices du genre devront fournir un effort supplémentaire pour en apprécier toutes les nuances et les particularités.

En résumé, ce jeu est une mine d’or qui demande à être excaver. Pas étonnant qu’il ait obtenu un si bel accueil par la critique. Si vous décidez de vous lancer dans ce projet, vous devrez travailler dur au début. Une fois à l’intérieur, vous découvrirez des trésors, tels que les graphismes animés particulièrement jolis, une trame narrative prenante, de la réflexion tactique à son meilleur, des éléments de gestion personnalisés ainsi qu’un système de combat amusant. Et je crois que c’est réellement ce qu’accomplit Grand Kingdom: il est amusant de s’y plonger et d’y retourner pour voir le paysage géopolitique influencer notre groupe de mercenaires. Malheureusement, il est de ces jeux qui plairont probablement à un style de joueurs déjà adeptes du genre et rebutera les autres devant la montagne d’éléments à maîtriser.

Merci de votre intérêt,
Pierre-Luc Grenier.

Excellent

Un jeu qu'il faut apprendre à maîtriser mais qui apporte beaucoup de satisfaction et de défis.

8.1
Histoire:
8
Présentation:
8.5
Jouabilité:
7.5
Durée de vie:
8.5
Publicités