Critiques

La critique de Final Fantasy 1

 

C’est en 1987 que naissait l’une des plus grandes licences du jeu vidéo à ce jour: Final Fantasy. Pour cette chronique j’utiliserai la version Gameboy Advance du jeu au lieu de la version Nintendo NES pour plusieurs raisons, la principale étant que la traduction japonaise du jeu est bien meilleure que ce soit en français ou en anglais.

L’histoire du tout premier opus de cette saga culte commence avec la planète qui se meurt à cause de nombreux changements climatiques. Nous apprenons par la suite qu’une prophétie prédisait la venue de quatre aventuriers en possession de cristaux magiques qui viendraient rétablir l’ordre sur terre. Il se trouve par hasard que le groupe d’aventuriers que nous incarneront durant le jeu soit celui de la légende. Pour régler les nombreux problèmes du royaume, nos braves aventuriers devront donc faire la sale besogne de chaque village.

Au niveau du gameplay, le jeu fait tout ce que l’on demande d’un jeu de rôle classique. Un grand monde à explorer, des secrets à découvrir, plein de villages, etc.  Un aspect qui pourrait rebuter les plus novices du jeu de rôle japonais est qu’il faut faire de longues séquences de leveling. Ceci consiste à faire beaucoup de combats pour rendre nos personnages extrêmement puissants pour le reste du jeu comme dans Pokémon pour battre la ligue sans trop se forcer.

Pour les graphismes, si je devais choisir entre la version NES, Gameboy Advance, Playstation 1 et PsP, je vous dirais que la version Gameboy et Playstation 1 sont les plus belles que j’ai pu voir. Des graphismes simples avec des couleurs chatoyantes pour rendre un esprit d’aventure et de magie comme le premier film de Harry Potter et du Seigneur des anneaux.

          

(la version PS1)                                                            (la version Gameboy Advance)

 

Ce Final Fantasy peut paraître un peu obsolète puisqu’il n’est pas aussi acclamé que les nombreuses suites toutes plus cultes les unes que les autres (sauf les 2 MMORPG et le 13), mais il vaut vraiment le détour pour tout fan de jeu de rôle au tour par tour qui veut faire un petit retour aux sources.

Cordialement,

Samuel Lefrançois – Gosfi

Très bonne expérience

Un jeu qui est souvent oublié dans cette saga mythique, mais qui vaut le détour puisqu'il m'a redonné l'envie de jouer à un genre de jeu que j'avais délaissé car ils étaient moins alléchant qu'un Skyrim ou Kingdom hearts, des jeu se concentrant plus sur l'action que la stratégie

9
histoire:
8
graphismes:
9
jouabilité:
9
durée de vie:
10
Publicités